20-4: le bon bouton (GPG 7)


Il se retourne.



Vais droit au but, Bonjour camarade, est-ce que vous connaîtriez,
par hasard, ou par chance, ou d’aventure,
l’adresse d’un rade, même obscur,
même mal fréquenté, où je pourrais rincer
le gosier que voilà
(ici mon doigt indique ma gorge)
au moyen d’un whisky convenable ?


L’inconnu plie la feuille ORDRE DE MISSION en quatre et l’insère dans la poche arrière
de son pantalon. Ledit
pantalon, quoique de coupe martiale,
met en valeur splendidement
ses fesses pleines et musclées
et généreuses tout à la fois.



Je ne sais pas ce que c’est : Whisky, dit-il.



Moi d’expliquer : c’est de l’alcool.
Pour boire. Un bon Lagavulin, par exemple ?
Vous n’avez pas ça ?
Quelque chose qui viendrait d’Ecosse ?


L’autre, perplexe, demande :
Vous venez de vous réveiller, hein ?


Il ne me laisse pas le temps de répondre, poursuit :


Ne vous inquiétez pas. Si vous vous sentez perdu.
On finit par s’y faire, au futur. C’est ce que tous les Réveillés racontent.


Suis pas inquiet, dis-je.
Mais je crève de soif.


Le jeune homme diligemment m’indique pas loin de nous
une boule ronde, hérissée de tuyaux, rutilante, cuivrée,
dont la structure, dont la conformation me fait penser
à l’un de ces alambics qui du temps de l’enfance
de mes chers grands-parents peuplaient encore l’Auvergne.


C’est un Distributeur d’Eléments Liquides, explique-t-il.


M’approche du panneau de commande.

Ne vois pas de bouton whisky.